CHARPENTIER, M.-A. : "Beata est maria" - Les Passions


CHARPENTIER, M.-A. : "Beata est maria" - Les Passions

En stock

19,00
Le prix inclut la TVA mais pas la livraison .


CHARPENTIER, M.-A. : "Beata est Maria"
Motets à trois voix d'hommes
H. 23, 23a, 25, 54, 73, 84, 159, 237, 237a, 340, 523, 524

Vincent Lièvre-Picard, haute-contre - Sébastien Obrecht, ténor
Jean-Manuel Candenot, basse

Les Passions - direction : Jean-Marc Andrieu

Charpentier est l’auteur d’un ensemble impressionnant de motets d’une qualité musicale et spirituelle telle qu’elle nous invite à reconnaître en lui l’une des figures majeures de la musique sacrée occidentale, aux côtés de Schütz et de Bach. »

C’est par ces mots que Catherine Cessac introduit son chapitre sur les motets dans son ouvrage consacré à Charpentier, dont la réédition est parue à l’occasion du tricentenaire de sa mort en 2004.

Rival de Lully, Charpentier composa principalement de la musique sacrée (pour les Jésuites puis pour la Sainte-Chapelle, où il fut maître de musique), et théâtrale, notamment pour les comédies de Molière et de ses successeurs à la Comédie-Française.

Un doux meslange des timbres, trois voix d’hommes entourées par un ensemble instrumental emmené par la flûte à bec délicate de Jean-Marc Andrieu, donne à ces motets une couleur toute particulière, pleine de mysticisme, d’expressivité et de profondeur. Loin des fastes de la cour, l’écriture de Marc Antoine Charpentier se démarque de son temps. Empreinte d’italianisme, elle aime à jouer sur les contrastes de timbres ou de tonalités pour faire sens, juste transcription des passions de l’âme. 

Citons encore Catherine Cessac : « L’esthétique de Charpentier reste avant tout celle de l’expressivité et de l’émotion, fondée sur le contraste, sur la fragmentation du discours visant à s’attacher au plus près aux affects (ou passions) suggérés par le texte.

Parcourir également ces catégories : Musique ancienne, Musique sacrée